S'identifier - Contact
 

Profils professionnels


Me suivre sur Twitter

S'abonner à crid sur Twitter

Ce qu'il pensent du livre

Anthony Poncier (consultant en management 2.0) : "ce livre m’a beaucoup plu et je vous conseille de le lire si le sujet du management de l’information vous intéresse."

Bertrand Duperrin (consultant en management 2.0) : "on trouvera ici de quoi comprendre les enjeux, l’état de l’art et  se projeter vers le futur en maitrisant les fondamentaux."

Marc de Fouchecour (professeur aux Arts et Métiers ParisTech et consultant management 2.0) : "Je croyais bien connaître ces paysages souvent visités par de nombreux livres, articles, outils et méthodes, mais le regard de l'auteur les a éclairés différemment." (extrait de la préface)

Olivier Zara (consultant spécialisé en personal branding et réseaux sociaux) : "Christophe Deschamps (...) m’a fait découvrir l’univers de la réputation numérique en février 2006. Il fait une veille remarquable dans l’univers de la gestion des connaissances, mais il est aussi pour moi une source d’inspiration. Je vous recommande la lecture de son livre avec une préface de Marc de Fouchécour."

Jérôme Bondu : Jérôme Bondu (créateur de la société de conseil en veille Inter-Ligere) : "Christophe a écrit un livre dense et riche de réflexions. Il met en œuvre son talent d’analyste et de détecteur de tendance."

Pierre Mongin (auteur notamment du Petit manuel d'intelligence économique) : "A la lecture de son livre très documenté (...) l’auteur a véritablement incorporé les tendances, les astuces qui nous permettent chaque jour de bénéficier des nouveaux outils, de les choisir afin d’être des travailleurs du savoir bien dans leur peau. Il fait indéniablement gagner du temps à ses lecteurs sur le nécessaire recul que nous devons prendre pour renforcer notre efficacité personnelle et collective." 

Jean-Philippe Accart (consultant en management de l'information) :  "dans les bonnes résolutions de l'année 2010, ce livre est à lire en priorité."

Vincent Berthelot (consultant en accompagnement stratégique et gestion des médias sociaux) : "Son livre est un succès certainement par le choix du sujet, sa richesse et sa qualité rédactionnelle, alors si vous voulez comprendre les concepts de géneration Y, KM 2.0 d’entreprise 2.0 (…) je ne saurai que trop vous recommande cet ouvrage."

ADBS (organisation professionnelle) : "En détaillant finement chacun des besoins actuels, l'auteur (...) propose des solutions concrètes et applicables pour tous ceux qui manipulent l'information et utilisent les technologies de l'internet."

Ubifrance (Agence française pour le développement international des entreprises) :
"L'ouvrage offre des solutions concrètes, détaillées, applicables, à tous ceux qui manipulent l’information."

 60 articles sur le PKM

  • crid
  • Lundi 22/02/2010
  • 16:59
  • Lu 2879 fois
  • Version imprimable

Steve Barth est le chercheur-journaliste-consultant qui m'a fait connaître la notion de PKM il y a dix ans, il faut dire qu'il en est aussi l'"inventeur". Il est sans doute celui qui a le plus écrit sur le sujet et avec le plus de régularité. J'ai d'ailleurs cité sa définition dans mon livre ainsi que sur mon blog Outils Froids, blog conçu d'ailleurs dès le début comme un outil de PKM  :

"Le Personal Knowledge Management met en jeu un ensemble de techniques et d'outils relativement simples et peu coûteux que chacun peut utiliser pour acquérir, créer et partager la connaissance, étendre son réseau personnel et collaborer avec ses collègues sans avoir à compter sur les ressources techniques ou financières de son employeur."

Steve Barth propose sur son blog un billet dans lequel il récapitule près d'un trentaine de ses articles, certains accessibles en ligne et d'autres non, et une trentaine d'articles d'autres auteurs dont Mick Cope, Peter Drucker ou, plus récemment, Harold Jarche. Une vraie mine pour un sujet qui commence enfin à prendre.

PS : malgré les apparences il ne s'agit pas d'une photo de Maurice Dantec


 Fiche PKM 2.1 : Gérer son identité numérique - Se créer un identifiant unique avec myOpenID

  • crid
  • Mercredi 17/02/2010
  • 14:30
  • Lu 2994 fois
  • Version imprimable

 OpenID est un standard ouvert proposé par l’OpenID Foundation. Il s’agit d’un service numérique qui vous permet :

  • De ne plus avoir à stocker les dizaines de noms d’utilisateurs et de mots de passe des services auxquels vous vous abonnez en vous procurant un identifiant unique.
  • De ne pas retaper vos coordonnées lorsque vous voulez vous inscrire à un nouveau service. Votre OpenID lui fournit automatiquement les informations dont il a besoin pour créer votre compte (nom, adresse, …) et vous évite ainsi une nouvelle saisie.
  • De vous authentifier par un certificat sécurisé lorsque c’est nécessaire (fonctionne avec myOpenID)
  • De gérer plusieurs identités (ou persona) : privée, professionnelle, jeux en ligne,… (fonctionne avec myOpenID)
Avant de créer un profil OpenID sachez qu’il est possible que vous en ayez déjà un sans le savoir. C’est notamment le cas si vous avez ouvert un compte sur Flickr, Orange ou Yahoo!. L’identifiant à utiliser pourra alors ressembler à ceci : « https://me.yahoo.com/pseudo ». Si vous n’avez pas encore de profil ou souhaitez partir de zéro, vous pouvez utiliser les service (gratuits) de prestataires spécialisés tels que ClaimID, myVidoop ou myOpenID. Si vous ne souhaitez pas que leur nom apparaisse dans votre identifiant vous pourrez mettre en place une délégation. Ce système permet d’utiliser l’adresse de votre propre site web ou blog comme profil OpenID (en passant par les mêmes prestataires). Notez que vous pouvez héberger votre propre serveur OpenID sans en référer à qui que ce soit.
La limite de l’Open ID ? Bien que le mouvement prenne de l’ampleur de nombreux sites n’acceptent pas encore ce mode d’identification, par ailleurs les services d’identification propriétaires (Google, Facebook, Twitter, Yahoo !) sont des concurrents de taille.

Pour la suite de la méthodologie voir la fiche pratique 2.1, page 16.


 Fiche PKM n° 4 : Comment fixer et gérer ses objectifs à long terme ?

  • crid
  • Jeudi 07/01/2010
  • 09:37
  • Lu 2537 fois
  • Version imprimable

Voilà une fiche qui tombe à pic pour nous aider à mettre en oeuvre nos bonnes résolutions 2010 :-)

Dans son ouvrage culte, Les sept habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu'ils entreprennent, Stephen Covey (l’un des 25 américains les plus influents selon le Time Magazine) s’attache à mettre en pratique les apports de trois siècles de littérature américaine consacrée au succès et à l’accomplissement personnel. Cette tradition a développé des principes qui fondent l’Ethique du caractère et s’opposent à ceux de l’Ethique de la personnalité apparue après-guerre. D’après lui, là où la première cherche à nous faire évoluer durablement, la seconde propose des recettes superficielles et souvent éphémères de type : « Souriez et la vie vous sourira ».

Dans son ouvrage Stephen Covey propose de suivre 7 habitudes qui vont plus loin que la simple recherche de l’efficacité personnelle et doivent nous permettre de nous améliorer tant dans notre vie professionnelle que dans notre vie privée.

Il ne s’agit pas de développer ici toute sa méthodologie mais d’en tirer le principal message qui est de prendre sa vie en main en essayant de mieux se connaître. Ce n’est qu’à cette condition que l’on pourra se fixer des objectifs à atteindre. La lecture de l’ouvrage reste évidemment indispensable pour aller plus loin.

Méthodologie, outils et conseils pour moins procrastiner sur la fiche pratique n°1.4, p.14

 Fiche PKM n° 3 : Ne plus procrastiner

  • crid
  • Lundi 21/12/2009
  • 16:35
  • Lu 1710 fois
  • Version imprimable

Le dictionnaire nous explique que la procrastination est l’art de repousser les choses au lendemain. Très utilisé par les anglo-saxons ce terme était tombé en désuétude dans la langue française mais nous revient en force via le Québec.  

Le procrastinateur n’est pas un fainéant mais il a toujours quelquechose de plus important à faire que ce qu’il doit faire. Les raisons de ce comportement sont multiples mais la crainte de l’échec et … du succès, ainsi qu’un certain goût du jeu (contre-la-montre), semblent ici primer, tout comme le perfectionnisme d’ailleurs. La peur de ne pas être à la hauteur, de n’envisager que le but à atteindre sans voir les étapes qui y conduisent, amène le procrastinateur à ajourner sans cesse l’accomplissement du « premier pas ».

La procrastination pousse les individus qui en souffrent à ne travailler que dans l’urgence et peut évidemment entraîner de sérieux problèmes professionnels. En attendant la dernière minute le procrastinateur se fait croire qu’il a fait de son mieux compte-tenu des circonstances qu’on lui impose et qu’avec un peu plus de temps il aurait pu donner le meilleur de lui-même. Il est alors en mesure de relativiser l’éventuel avis négatif que l’on portera sur son travail…

Méthodologie, outils et conseils pour moins procrastiner sur la fiche pratique n°3, p.11

A compléter avec cet indispensable texte de John Perry sur l'idée, discutable mais intéressante, de "structured procrastination" (traduit en français).

 Fiche PKM n° 2 : Comment mieux gérer son temps au travail

  • crid
  • Vendredi 18/12/2009
  • 16:45
  • Lu 2880 fois
  • Version imprimable

Un travailleur du savoir est interrompu en moyenne toutes les 10 minutes. Ces interruptions qui prennent diverses formes sont parfois nécessaires mais peuvent devenir envahissante au point de vous empêcher d'effectuer votre travail.

Pour savoir comment mieux gérer les interruptions dûes :

  • aux emails
  • au téléphone
  • à vos collègues
  • à votre responsable
  • au web et à ses innombrables services
vous pouvez lire la fiche pratique n° 1.2

 Fiche PKM n° 1 : Comment gérer ses tâches. Eléments de la méthode GTD

  • crid
  • Vendredi 11/12/2009
  • 11:00
  • Lu 4247 fois
  • Version imprimable

Prog Id" content="Word.Document">

Ce billet inaugure le premier d'une série destinée à présenter les PKM. N'hésitez pas à venir partager vos propres expériences, méthodologies et outils dans les commentaires ou mieux, en proposant un article (cf. menu sous les onglets)


Avec Getting things done, (mal) traduit en français par S’organiser pour réussir,
est devenu l’auteur traitant d’efficacité personnelle le plus lu de la planète. Son succès tient au fait que sa méthode est très pragmatique et évite une surplanification souvent irréaliste et frustrante. Elle propose de gérer tout ce que l’on a à faire comme autant de micro-projets. Ainsi repeindre la chambre d’amis est un objectif à court-terme qui sera décomposé en plusieurs sous-tâches (ex : prendre les mesures de la pièce, acheter la peinture et les pinceaux, emprunter un escabeau, etc). se démarque également des autres méthodes en ce qu’elle conçoit la priorité d’une tâche comme évoluant en fonction du contexte (lieu où l’on se trouve, temps dont on dispose, état de fatigue…).

GTD nous met donc en position d’exercer notre jugement de manière immédiate et dynamique. Mais ce qui fait sa force fait aussi sa faiblesse. On lui reproche souvent de ne pas prendre en compte les objectifs de vie plus ambitieux tels que les définit par exemple Stephen Covey (Fiche 1-4). Les outils numériques permettent toutefois de mêler les deux et d’intégrer les tâches les plus insignifiantes dans une perspective plus large, ex : acheter de la peinture à repeindre la chambre des enfants à mon rôle de père de famille.

Le but affiché de la méthode est de nous permettre de faire ce qui doit l’être avec un minimum de stress, raison pour laquelle l’étape essentielle et récurrente de GTD est celle du mindsweeping qui consiste à dresser régulièrement la liste de tout ce qui encombre notre esprit afin de mieux le gérer.

David Allen explique que ces « boucles ouvertes » (open loop) absorbent notre énergie sans que nous en soyons conscients et qu’il faut les stopper en les mettant sur papier pour avoir l’esprit tranquille.

Méthodologie, outils et conseils pour mettre en oeuvre GTD sur la fiche pratique n°1, p.7.

 Peter Drucker est aussi le père du développement personnel

  • crid
  • Vendredi 04/12/2009
  • 11:38
  • Lu 3469 fois
  • Version imprimable

 est sans le moindre doute l'auteur le plus cité dans mon livre. Il faut dire que sa longévité (il est décédé en 2005 à l'âge de 97 ans) lui a permis d'écrire près d'une quarantaine d'ouvrages, matière à inspiration.
De lui on connaît essentiellement ses écrits traitant de  des organisations, Landmarks of tomorrow (1959) ou encore L'avenir du management (1999). On oublie pas non plus qu'il a "inventé" le terme de "travailleurs du savoir" ou "knowledge workers", or ceci n'est pas anodin dans sa réflexion. C'est que Peter Drucker a toujours eu une vision à la fois micro et macro de l'entreprise, mais sans doute était-il plus simple de ne retenir que la première. Ainsi parle t-on de lui comme du père du management moderne en oubliant qu'il est aussi l'un des pères du développement personnel et du "self-management", il avoue d'ailleurs avoir été très influencé par les travaux d'Abraham Maslow (la fameuse pyramide) avec qui il s'entretenait régulièrement et dont il dit :

"Abraham Maslow démontrait dans Eupsychian Management que et moi-même pataugions dans l'erreur. Il prouva définitivement que les gens sont différents, et qu'il faut les manager de façon différente." (citation trouvée sur Humanside)
Pour les chercheurs en management qui ne s'intéressent qu'à l'aspect organisationnel et stratégique, sans doute considéré comme plus "noble", l'aspect individuel et le positionnement même de Peter Drucker est donc une sacrée épine dans le pied en ce qu'il rappelle en permanence que l'un ne peut être envisagé sans l'autre. Et pourtant "What else?" (comme dirait l'autre). Si la structure organisationnelle n'est pas au service des hommes et n'a pas pour objectif des les mettre dans les meilleures conditions possibles pour produire, créer, vendre, alors elle les oppresse et ce faisant elle les limite dans ce qu'ils pourraient apporter à l'organisation. Quel intérêt?

Bruce Rosenstein s'est particulièrement intéressé à cet aspect du travail de Drucker et a écrit un ouvrage à ce sujet intitulé Living in More Than One World: How Peter Drucker's Wisdom Can Inspire and Transform Your Life.
Dans une interview intitulée "Peter Drucker as life coach", qu'il accorde à Computerworld il résume ainsi un article de ce dernier intitulé "How to be an employee" et publié en 1952 :

"... he said you have to develop the whole person. You don't develop just one part of yourself, the part at work. You develop the whole person by having meaningful leisure pursuits. If your self-worth is tied up in your job and you lose that job, what does that do to your self worth? He was acutely aware of that. He said people needed multidimensional lives so that if they had a setback in one area, it wouldn't kill them. He asked people to really think about their lives and to build continuous learning into their lives.
"The person who will make the greatest contribution to a company is the mature person, and you can not have maturity if you have no life or interest outside the job."

 Dans les fiches pratiques associées au livre vous retrouverez les conseils de Peter Drucker dans :

  • Fiche 3.4 : Comment identifier ses besoins en information?
  • Fiche 5.1 : Comment identifier ses compétences-clés?

 Présentation du modèle de personal knowledge management TIICC

  • crid
  • Vendredi 04/12/2009
  • 09:08
  • Lu 3665 fois
  • Version imprimable


Le modèle de  que nous présentons maintenant se veut global et tient compte des évolutions récentes du web. A l’instar des incontournables champs d’action du knowledge management en entreprise et avec les mêmes objectifs décisionnels, les systèmes de PKM doivent permettre d’aider les travailleurs du savoir à gérer les éléments suivants :

PKM à Individus

KM à Organisations

  1. Leur Temps -->
Gestion de projet
  1. Leur Identité numérique -->
Gestion de la réputation/image (composante veille)
  1. Leurs Informations -->
Gestion des connaissances
  1. Leur Capital social -->

Gestion de la relation-client/usager

  1. Leurs Compétences -->
Gestion des compétences, RH 

Mis à part la partie « Gestion de l’Information », ces fiches ne constituent pas une méthode en tant que telle mais un modèle auquel on se référera pour évaluer ses pratiques personnelles et cerner ses éventuelles lacunes. Les méthodes et outils existent toutefois au niveau inférieur et sont autant de briques fonctionnelles qui permettront de se créer un système totalement personnalisé.

De leur côté, les organisations voulant répondre aux besoins de leurs employés pourront utiliser ce modèle pour déterminer les domaines où elles peuvent se montrer proactives. 

Le modèle TIICC pour le travailleur du savoir (illustration d'Arnaud Velten)

 


 28 fiches pratiques pour mettre en place votre système de PKM

  • crid
  • Mercredi 18/11/2009
  • 12:39
  • Lu 28483 fois
  • Version imprimable


Je suis très heureux de vous présenter les fiches associées à mon livre. 
Elles n'en sont ni un résumé, ni une conclusion mais plutôt un "produit dérivé" qui part d'un constat simple : aussi intéressantes et utile qu'elles soient, les technologies 2.0 d'entreprise présentées dans l'ouvrage vous aident jusqu'à un certain point à faire votre travail. C'est à dire jusqu'au moment où vous êtes seul devant votre traitement de texte/tableur,... et qu'il vous faut produire..
Toute la phase rédactionnelle et les compétences qu'elle suppose en termes de gestion du temps, d'utilisation des informations récoltées et d'écriture reste ainsi à votre seule charge.

Pour aller encore un peu plus loin avec les outils j'ai donc imaginé le modèle de personal knowledge management TIICC. Il se veut global et tient compte des évolutions récentes du web.
Ce modèle qui se décompose en 28 fiches doit vous permettre de mieux gérer :

  • Votre Temps
  • Votre Identité numérique
  • Vos Informations
  • Votre Capital social
  • Vos Compétences
J'en profite pour remercier Arnaud Velten pour la création des logos et schémas.
Vous pouvez également télécharger ces fiches sur le site de mon éditeur FYP que je remercie pour la mise en page finale et les corrections de dernière minute.
Fiches Pratiques PKM - C. Deschamps

Le nouveau management de l'information


Recherchez dans tout l'Univers OF


Ailleurs dans l'Univers OF


SC E20-RSE

SC E20-RSE

  • SC E20-RSE RSS